Aujourd’hui j’avais envie de vous parler de quelque chose qui est omniprésent. Qui nous touche tous plus ou moins. Il s’agit de la souffrance que l’on s’inflige à se comparer constamment aux autres. C’est parfois difficile de ne pas se comparer, c’est vrai, surtout à notre époque.

Je voulais vous faire cet article car je pense que nous avons tous déjà vécu ça et si ce n'est pas le cas nous connaissons tous quelqu'un qui a toujours tendance à se comparer.


Qu’est-ce que c’est se comparer aux autres ? Et bien c’est tout simplement se focaliser sur ce que l’autre a et que nous nous n’avons pas. Bien souvent la comparaison est rabaissante. Cela nous fait parfois remarquer de plus bel à quel point nous n’avons pas ou peu d’estime de soi.

Si nous prenons l’exemple des réseaux sociaux, c’est encore plus facile de se comparer aux autres. A notre époque, et principalement grâce à internet, nous avons accès à tout très rapidement. Ainsi, il est facile pour une personne habitant un tout petit patelin dans un coin perdu en France (je dis en France mais je pourrais donner un autre pays) de suivre quelqu’un d’autre à l’autre bout de la planète.

Souvent ça peut nous faire rêver, et on peut commencer à se comparer sans trop s’en rendre compte jusqu'à ce que ça devienne une réelle souffrance. Bien sûr en parlant de réseaux, je prends un exemple. Nous n’avons pas forcément besoin des réseaux pour nous comparer, mais je trouve que c'est une assez bonne illustration.

Se comparer aux autres, selon moi, c’est attribuer les mêmes valeurs, les mêmes critères à tout le monde. Alors oui bien sûr, on sait tous que chacun de nous est unique, nos parents nous l'ont souvent dit. Mais dans la pratique c’est un peu plus compliqué. Nous avons une certaine tendance à penser qu’il existe UNE norme, CERTAINS critères pour être beau/belle, intéressant(e) etc. Que pour être quelqu'un de bien, de reconnu etc il faut avoir TELLES valeurs.


Et oui ça a l’air fou quand j’en parle n’est-ce pas ? Mais pourtant, sans trop le faire consciemment, c’est ce qui se passe dans nos petites têtes.

Reconnaître le talent de quelqu'un, rêvasser sur ce qu’à fait untel, que ça puisse nous donner envie... C’est humain et c’est ok ! C’est même super ok je dirais, car se comparer n’a pas toujours des effets négatifs ! Parfois, cela peut avoir un effet boostant. Parfois, le fait de prendre exemple sur quelqu'un ou sur ses actions, sans vouloir le copier mais seulement s’en inspirer, et bien ça peut vraiment aider ! C’est d’ailleurs en ce sens qu’avoir un mentor dans tel ou tel domaine peut être très intéressant !


Le problème c'est que nous nous comparons rarement comme cela. Selon comment nous nous comparons, avec quel recul nous allons le faire, nous risquons de basculer du mauvais côté et de se faire aspirer par tout l’aspect négatif que peut bien souvent avoir la comparaison. Et c’est dommage !

Avant, je me comparais beaucoup. Sans m’être vraiment regardée je me trouvais moins belle qu’unetelle ou unetelle, je me trouvais sans personnalité par rapport à d'autres, je me demandais pourquoi j’avais autant de mal à avoir une passion, à me concentrer que sur une seule chose, j’enviais certaines personnes qui semblaient tellement épanouies dans leur domaine… bref tout autant de choses qui ne nourrissaient pas du tout mon estime de soi, bien au contraire.


Aujourd’hui, tout a changé. Enfin je dis aujourd’hui mais évidemment que cela ne s’est pas fait en un jour. Cela a pris du temps, j’ai pris le recul nécessaire. J’ai dû de me centrer sur moi-même. De prendre le temps dont j’avais besoin pour me regarder vraiment en face. Pour me poser les bonnes questions. Je suis comme je suis. Je veux être une femme épanouie et qui sait se contenter de ce qu’elle a. Ce n’est pas évident d’aimer ce que l’on a, plus que de s’en contenter. Cela n’empêche pas qu’on puisse être ambitieux. Mais le vrai bonheur finalement, même si l’on a un projet, un but, qui va peut être changer notre vie, c’est d’aimer l’instant présent. Ce n’est vraiment pas facile. C’est un véritable exercice.


C’est important de pouvoir prendre du temps pour soi. Quand je dis prendre du temps pour soi ce n’est pas aller se faire faire une manucure ou se faire un masque maison. C’est sympa mais ce n’est pas ce dont je parle. Prendre du temps pour soi c’est prendre le temps de se reconnecter avec soi. Dur dur ! Voici alors quelques petits conseils pour faire ce petit exercice plusieurs fois car plus on pratique, mieux on y arrive...

Bon je vous passe la méditation, vous vous doutez bien de toute façon que je vous l’aurez proposer quand même ! Mais avec toutes ces fois sur ma chaîne de podcast, TERRE HAPPY, où j’en ai parlé je pense que vous avez compris que je trouve la méditation hyper importante !

Passons plutôt à la suite : sortez, aérez-vous dans un lieu de nature si possible ! Si vous habitez une grande ville, je suis sûre qu’il y a des parcs où vous pouvez aller. Si vous y aller seule c’est l’idéal, c’est même ce qu’il faut, vous pourrez plus facilement vous reconnecter à vous.


En quoi est-ce un exercice ? Vous n’avez jamais remarqué que très souvent nous tentons de fuir par tous les moyens ? Qui aime et sait apprécier de se retrouver seul dans un lieu public ? Qui aime prendre un café ou déjeuner seul dans une brasserie ? Pas beaucoup de monde. Entre la peur du regard des autres, du jugement et la volonté de fuir sans cesse la solitude, pas évident n'est-ce pas ? Et si nous nous baladons seul dans un parc ? Qu’allons-nous faire ? Probablement tripoter notre portable toutes les 5 minutes, ou bien nous allons nous installer et lire un livre, prendre des photos... Il y a tant à faire. Le fait est que rester seulement avec nous même et avec nos pensées a l’air de nous poser un vrai problème. Pourtant c’est important.


Egalement, afin de se reconnecter avec soi, nous pourrions comprendre nos peurs. Posons-nous la question clairement, qu’est-ce qui nous effraie ? Pourquoi cela nous effraie t-il autant ? Soyons sincère le plus possible. Le mieux est de tenir un petit journal et de faire cet exercice par écrit.


Tant qu’on y est, nous pourrions écrire également ce que nous aimons chez nous, peu importe que cela soit physique ou pas. Ça peut vraiment être n’importe quoi. Moi par exemple j’aime mes seins. Aucune connotation sexuelle je vous rassure, c’est juste que je les trouve très mignons, pour moi ils sont parfaits. Aucune prétention non plus, il faut arrêter de trouver de la prétention partout à tout bout de champ dès qu'une personne est satisfaite d'elle ou aime quelque chose en rapport avec elle. C’est à cause de ce genre d’interprétation absurde que nous avons également « peur » de nous aimer. Comme si ça allait être mal vu.


J’aime également ma persévérance, malgré que je ne sois pas de nature très très patiente, mais j’y travaille ! J’aime aussi mon esprit créatif et mon petit grain de folie. J’aime parfois oser quand les autres ne le font pas. Bref, à vous maintenant !

Nous aimons certaines choses en nous, même si cela n’est pas flagrant. Se les remémorer de temps en temps est bénéfique pour l’estime de soi. Dites-vous bien que chaque personne sur Terre est dans la comparaison. Nous ne cesserons jamais de nous comparer, à nous de faire en sorte que ca soit de la bonne comparaison et que ça ne nous desserve pas.


Il y a des choses en nous que nous aimons et d’autres que nous n’aimons pas, c’est ok c’est humain c’est comme ça et il va falloir accepter que cela soit ainsi. A vous de faire en sorte d’accepter ce que vous n’aimez pas. Je n’aime pas mes pieds, tant pis, je ne vais quand même pas faire de la chirurgie des pieds juste parce qu’ils ne sont pas parfaits ! Arrêtons de nous focaliser sur ce que nous n’aimons pas ou sur ce que nous n’avons pas, et privilégions ce dont nous sommes fière et heureux d’avoir ou d’aimer.


Et vous, de quoi êtes vous fier(e) ?





31 vues1 commentaire

​© 2019 Anna Michèle Jones